Vert Saint-Egrève
Accueil du siteDéplacementsLigne de tramway E
Tram E : lettre des élus Ecologie Solidarité Démocratie
dimanche 24 octobre 2010

popularité : 1%

La venue du tram E soulève des inquiétudes chez les habitants, en particulier, chez les riverains qui vont être impactés directement par le tracé.

A la suite d’une rencontre avec les riverains de le RD 1075, Jean-Pierre Moy et Mathilde Dubesset ont écrit au président du SMTC et au Maire de Saint-Egrève.

Mathilde DUBESSET & Jean-Pierre MOY Conseillers municipaux de Saint Egrève, Groupe « Vert Saint Egrève »

le 26 sept 2010

A : Mme le maire de Saint Egrève M. le Président du Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’agglomération de Grenoble Copie : P.Ribaud, conseiller général, VP du SMTC Association des riverains de la RD1075

Madame le maire, Monsieur le Président

Nous nous réjouissons de l’ouverture prochaine de l’enquête publique concernant le tram E. Nous savons que ce projet est soumis à de nombreuses contraintes techniques aussi bien que financières, et qu’un tel équipement cause inévitablement des dommages à certaines propriétés le long du tracé.

Nous avons rencontré l’association des riverains à ce sujet. Ils ne remettent pas en cause la nécessité du tram ni le besoin d’empiéter sur les limites actuelles de certaines propriétés. En revanche, ils nous ont dit faire l’objet de pressions très fortes de la part de Territoires 38. Des personnes âgées ont été bouleversées par le ton employé par les représentants de cet organisme, et ont eu le sentiment que leur objectif était de les pousser à tout vendre.

Nous souhaitons donc appuyer leurs demandes suivantes :
- Que toutes les interventions se fassent dans le respect des personnes. N’oublions pas que c’est la collectivité qui leur demande d’accepter un dommage pour l’intérêt général.
- Que les solutions permettant de minimiser l’impact du tracé sur les propriétés aient bien été examinées, en particulier en ce qui concerne la possibilité sur les tronçons les plus critiques de permettre aux véhicules de sécurité de passer sur les voies, comme c’est le cas à l’Ile verte sur la ligne B, ou cours Berriat sur la ligne A
- Que les conditions d’indemnisation soient clairement publiées, en particulier le prix au m² des bandes de terrain rachetées, qui semble distinguer le « terrain d’agrément » du « terrain constructible ». Cette distinction est tout à fait artificielle et n’existerait pas dans une vente de l’ensemble du terrain.
- Que les riverains dont tout ou partie du terrain doit être racheté soient clairement informés avant d’accepter la proposition initiale, de leurs droits et de leur marge de négociation, avant et après la Déclaration d’Utilité Publique.

Le détail du tracé a fluctué au cours des études, ce qui est normal, pour s’adapter aux différentes contraintes. Les études touchent maintenant à leur fin. Il est temps d’expliquer aux Saint Egrèvois, et particulièrement aux riverains, quel est le tracé définitif, pour que chacun ait une vision d’ensemble des impacts sur les propriétés.

Enfin, si nous approuvons tout à fait le principe d’un contrat d’axe, nous sommes étonnés de ne pas avoir débattu ni même reçu d’informations sur son futur contenu ni sur la date prévue pour la signature. Le PLU va être arrêté, et cet élément essentiel manque, alors qu’il est une des causes de la révision !

C’est pourquoi nous vous demandons d’organiser très prochainement une réunion publique conjointe pour faire le point sur le tracé choisi, la disposition et les dimensions des trottoirs et pistes cyclables, les impacts, les solutions retenues pour la desserte des propriétés et commerces situés le long de la RD1075. Nous sommes conscients que les choix techniques résultent du travail de nombreux professionnels, mais les usagers futurs peuvent avoir d’ultimes suggestions ou objections qui méritent d’être entendues avant les travaux. Une première présentation du contenu du contrat d’axe à cette occasion est également attendue par les habitants.

Nous vous prions d’agréer, Madame le maire et Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée.

Mathilde Dubesset & Jean-Pierre MOY

 
Documents joints à cet article :