Vert Saint-Egrève
Accueil du siteEcologie
Alerte à l’ambroisie !
vendredi 1er juillet 2011

popularité : 100%

De l’AMBROISIE à Saint Egrève par J.P.Moy

Cette plante originaire d’Amérique a été introduite accidentellement en France à la fin du XIX ème siècle. Elle a colonisé la vallée du Rhône et tend à s’étendre, en particulier avec les déplacements de terre liés aux chantiers.

Elle est particulièrement envahissante, accepte des terres pauvres, sèches, caillouteuses, mais prolifère incroyablement si les conditions sont bonnes. Elle pousse très vite, atteint largement 1m de haut et autant de diamètre. Son pollen est l’un des plus allergènes connus, puisqu’il suffit d’une dizaine de grains par m3 pour provoquer des symptômes chez les personnes sensibles (5-10% de la population) et chaque plante en produit environ un milliard de grains…

Ses graines restent vivantes dans le sol pendant des décennies, et repoussent à l’occasion de chaque labour, avant toutes les autres plantes.

Bien entendu, les herbivores ne la mangent pas (sauf les moutons s’il n’y a rien d’autre…) et elle n’a pas de parasite qui pourraient assurer une régulation.

En résumé, un vrai fléau.

Une excellente information peut être trouvée sur http://www.ambroisie.info/. Ce site mentionne l’arrêté préfectoral du 7 mars 2000 qui fait obligation aux particuliers comme aux collectivités de détruire cette plante, et donne des conseils sur son identification, les confusions possibles, etc…

Wikipedia est aussi intéressant : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ambroisie_%28genre%29 (plus complet pour les anglophones sous le titre ragweed : http://en.wikipedia.org/wiki/Ragweed)

Jusqu’à présent elle n’avait pas été vue à Saint Egrève.

J’en ai trouvé fin juin 2011 de très nombreux plants (au moins des milliers) sur tous les remblais récents des travaux du pont barrage : ronds points et voisinage des arrêts de bus express, bande d’herbe et détritus le long du parking de Carrefour et de l’autre côté de l’avenue, pelouses sèches entre les pistes cyclables et passages sous la route, remblais sud le long de la route à Noyarey. Il est probable que la terre de remblai provenait d’une zone contaminée, ce qui est fréquent en nord Isère et dans la Drôme. Un grand Merci au Conseil Général !

J’ai donc immédiatement prévenu la municipalité de St Egrève, (demande de travaux sur le site + mél à une élue) et fait une information avec échantillon au conseil municipal du 29 juin. Un avis a été affiché dans la rubrique actualités : la ville surveille de prêt la situation !

J’ai également averti Carrefour et la mairie de Noyarey (aucun retour au 1er juillet…)

Je suis allé moi-même le 29 juin couper tous les plants déjà en fleur pour gagner un peu de temps.

Le conseil donné par la ville d’un fauchage lorsque la plante est en fleur n’est pas une bonne idée : cela provoque une dispersion supplémentaire du pollen, avec un réel danger pour le faucheur s’il est sensible, et cela n’écarte pas le risque d’une propagation par des graines précocement mûres. Il faut de préférence l’arracher ou à défaut la couper le plus court possible dès repérage.

A ce stade, il est encore possible de l’éradiquer à Saint Egrève, à condition d’empêcher tous les plants de monter à graine. Soyez vigilants et n’hésitez pas à arracher vous-même des plants sur la voie publique.

 
Messages de forum :
Alerte à l’ambroisie !
mercredi 18 avril 2012
par  Cleora
C’est vraiment un site web ravissant. Donc j’envoie sur sur mon reseau social ce billet

Suborner un monte escalier vertical

Soudoyer votre monte escalier luxembourg

monte escalier Brocanter un monte escalier prix puisque aussi Detecter votre monte escalier charente equitablement avec Tromper votre monte escalier vertical ou alors Seduire le monte escaliers gard ainsi Troquer un monte escaliers exterieur prix ou alors Imaginer un monte escaliers electrique lorraine quand au Gagner un monte escaliers electrique forum


Fil de discussion

Alerte à l’ambroisie !
jeudi 28 juin 2012
par  Victoria

mutuelle santé qui rembourse mieux


univ-mutuelle-sante-france.fr - mutuelle santé tahiti - mutuelle santé pas cher - mutuelle santé expatrié
J’avais simplement besoin de quelques informations et était à la recherche sur Google pour cela content de vous avoir trouvé.
Fil de discussion

Alerte à l’ambroisie !
mercredi 11 juillet 2012
par  Mathieu

mutuelle santé vie pamiers


mutuelle santé de 65 ans

université mutuelle - mutuelle santé réunion - mutuelle santé 91 - mutuelle santé frontalier suisse
J’avais simplement besoin de quelques informations et était à la recherche sur Google pour cela content de vous avoir trouvé.
Fil de discussion

Alerte à l’ambroisie !
vendredi 22 juillet 2011
par  JP MOY

la suite : je suis retourné sur le terrain le 21 juillet. La ville de St Egrève a fait tondre très rapidement (et bien que ce soit en principe à la charge du CG38) et très soigneusement toutes les parties récemment remblayées. Cela mérite d’être souligné. Carrefour m’a répondu qu’ils transmettaient à la société qui gère... Noyarey a vaguement tondu une bande de 2m de chaque côté de la voie nouvelle. Très insuffisant. J’ai arraché moi-même sur le remblai SW plus d’une centaine de plants proches de la floraison ! Partout de nouveaux petits plants apparaissent, et ceux coupés commencent à repousser, comme on pouvait s’y attendre. J’ai donc à nouveau écrit aux mairies de St Egrève et Noyarey et à Carrefour pour insister sur la nécessité d’un suivi méticuleux pour empêcher toute floraison, et arriver à une réelle éradication sur nos communes.

Si vous passez dans ces endroits, surveillez et n’hésitez pas à arracher tout ce qui vous semble être de l’ambroisie, même si vous n’êtes pas sûrs de l’identification !



Fil de discussion

Alerte à l’ambroisie !
mercredi 3 août 2011
par  MOY JP

Suite de la suite : aujourd’hui 3 août je suis allé sur place voir l’état des lieux, et voici le point des actions en cours :

1- Noyarey n’a rien fait, même pas répondu

2- Carrefour a transmis à "la société qui gère...",

3- La direction du centre commercial m’a téléphoné : "nous avons étudié avec attention,...mais il semble que la bande de terrain concernée ne nous appartient pas. Vous comprendrez alors que si cela se confirme (je suis invité à voir sur place avec eux fin août), nous ne pouvons intervenir..." J’ai dit que non, je ne comprenais pas, et que j’ai arraché moi-même des centaines de plants sans rien demander à personne !

4- Le conseil général a bien pris note de ma demande...

5- Il y avait plusieurs plants en fleur à côté de la bretelle de sortie St Egrève N, que j’ai détruits, et il y en a beaucoup entre la nouvelle piste cyclable qui passe sous la bretelle et l’A48.

6- sur la piste cyclable de la digue de l’Isère, rive G en aval du barrage, on en trouve sporadiquement, toujours en face de reprises de revêtement (remblai ou engins contaminés ?)

7- Inquiet, je suis allé aujourd’hui examiner le chantier de VENCE eco-parc. De nombreux plants en fleur sont présents dans le no man’s land entre la rue de l’Isère et la Vence. Il y en a également autour du transformateur, et j’ai aperçu quelques plants isolés dans la partie encore en friche.

Devant l’urgence qu’il y a à empêcher la floraison, j’en ai encore une fois arraché beaucoup, mais une action concertée au niveau des collectivités s’impose. Le découpage complexe de propriété entre le conseil général, les communes, les digues, l’état, ne peut excuser l’inaction.

J’ai écrit à la Métro pour lui demander de coordonner une intervention.

Cette histoire est tristement exemplaire :
- Irresponsabilité (ou pire ?) du vendeur de terre qui ne peut ignorer qu’il est en zone contaminée
- Irresponsabilité au niveau du chantier, alors que des instructions précises à ce sujet sont fournies par la région
- Complexité paralysante de la propriété publique : même de bonne foi, personne ne sait qui doit agir.
- Mesquinerie : comme les enfants qui se battent pour ne pas débarrasser la table après le repas, chacun trouve les meilleures raisons pour expliquer que c’est aux autres d’agir
- Incapacité des acteurs (sauf la ville de St Egrève, ce qui mérite d’être remarqué) à dépasser le problème juridique : si un feu se déclare chez le voisin, on ne fait rien avant qu’il ait donné son autorisation dans les formes ?

Fil de discussion

Alerte à l’ambroisie !
lundi 29 août 2011
par  JP Moy

Suite. VENCE Eco-Parc appartient à la Metro, et la surface à faucher (8ha) dépassait ce qu’il est possible de faire dans l’urgence en attendant que le propriétaire agisse. Les services techniques ont donc fait pression sur la Metro, qui a fini par agir, et tout a été fauché mi-aout. Il reste cependant quelque pieds autour des zones fauchées.

Carrefour a fait faucher une bande de quelques millimètres autour des parkings (vous comprendrez que nos moyens ne nous permettent pas, etc...) en laissant évidemment beaucoup de plants entre cette bande et la partie fauchée par la ville (photo).

Noyarey n’a pas répondu, mais les remblais ont été fauchés (par qui ?). Les deux grands tas de terre restant après les travaux au sud de la route sont couverts d’ambroisie, mais les faucheurs n’ont pas regardé...

Le conseil général, que j’ai à nouveau sollicité sur son site le 13 aout, puisque mes courrier et mails précédents étaient tombés dans un trou noir "a pris bonne note et ne manquera pas de répondre à votre demande dans les plus brefs délais..." mais n’a pas bougé depuis.

Le Syndicat des digues (SYMBHI) que j’ai averti, puisque la piste cyclable rive gauche est infestée en aval du barrage n’a pas bronché.

L’AREA, qui gère l’A48, et que j’ai aussi sollicitée pour les abords des bretelles et l’enclos de collecte des eaux de l’échangeur n’a pas non plus jugé utile de réagir. J’ai d’ailleurs remarqué que le bas-côté de l’A48 à partir de la côte de St jean de Moirans est déjà colonisé et n’est pas fauché...

Après cette liste désespérante, il semble clair que le combat est perdu : l’ambroisie est installée dans nos communes. Conséquences : accidents allergiques plus nombreux et plus graves dans l’agglo (qui recevait déjà depuis longtemps le pollen transporté par le vent, et envahissement des cultures dans la vallée. Un article du Figaro, qu’on ne peut suspecter d’être à la solde des écolos, expliquait en avril dernier l’importance du problème, après la création d’un comité parlementaire sur le sujet.



Ambroisie, la mauvaise herbe à abattre
Fil de discussion