Vert Saint-Egrève
Accueil du siteDéplacementsRocade Nord
Rocade nord : naissance du CAIRN (Collectif pour des Alternatives Innovantes à la Rocade Nord)
dimanche 14 septembre 2008

popularité : 1%

Retour sur image !

Mars 2007 : le conseil général de l’Isère relance le nouveau projet de rocade nord.

Eté 2007 : le conseil général organise une consultation à grande échelle sur le projet ( 400 000 isérois interrogés).

Septembre 2007 : on apprend que les documents mis à la disposition des isérois avaient été amputés des conclusions négatives qui condamnent la rocade nord (Voir l’article dans cette même rubrique : "Réunion du 16 novembre 2007").

Mars 2008 : les élections municipales sont l’occasion de sensibiliser les populations à l’inutilité du projet et à ses risques.

2008 : le conseil général persiste. Des crédits sont votés pour prolonger les études. Les rachats de propriétés sur le futur tracé de la rocade, commencent ( Saint-Martin-Le-Vinoux, La Tronche).

Juin 2008 : Le gouvernement annonce l’abandon les projets de rocades de Toulouse et Bordeaux.

Selon les termes du Ministre J.L.Borloo, « ces projets ne correspondent plus aux nouveaux enjeux de développement durable. Ils privilégient la mobilité automobile, dans un contexte de pétrole cher et non renouvelable, l’utilisation non raisonnée de l’espace, notamment par l’étalement urbain préjudiciable à la biodiversité. » Dans la foulée, Strasbourg prend la même décision.

Août 2008 : le conseil général mandate un expert Mr Hersant pour approfondir les études avant la concertation préalable réglementaire qui aura lieu du 15 novembre 2008 au 15 janvier 2009.

Pendant ce temps...

- Les riverains qui seront durement impactés directement par la rocade nord ( Saint-Martin-Le-Vinoux, La Tronches avec les populations fragiles de ses hôpitaux)
- Les associations de développement des transports en commun qui craignent un transfert de financement vers la Rocade
- Les Verts et leurs élus

multiplient les analyses, les informations à la population, les manifestations.

Il apparaît maintenant plus clairement que la rocade nord, conduira à une dégradation importante des conditions de circulations dans l’agglomération. Pour sauver la rocade, certains pensent qu’il faudrait, pour quelques centaines de millions d’euros de plus, élargir l’ A480 ( axe Nord Sud de l’agglomération). Mais cette fuite en avant effraie et n’offre aucune garantie ( les simulations de traffic sur la A48, au droit de Saint-Egrève, prévoient une croissance importante de la circulation).

Septembre 2008 : naissance du CAIRN (Collectif pour des Alternatives Innovantes à la Rocade Nord)

Le collectif d’associations opposées à la rocade nord crée le CAIRN.

- Il s’agit de préparer la concertation préalable imposée par le code d’urbanisme.
- Le conseil général livrera-t-il toute l’information sur le projet ? L’Isère sera-t-elle le seul département à tourner le dos au Grenelle de l’environnement en engageant des sommes exorbitantes dans un projet autoroutier incertain ?
- Pour le profit de qui ?

Dans les mois qui viennent la réponse à ces questions ! Sur ce site, ou sur les liens qui suivent :

- Site des élus écologistes grenoblois : http://www.grenoble-ecologie-solidarite.fr/

- Site de l’ADTC:http://www.adtc-grenoble.org/