Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalArchives2012
Dernière mise à jour :
samedi 3 mars 2018
Statistiques éditoriales :
216 Articles
3 Brèves
Aucun site
6 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
358 hier
584646 depuis le début
     
Mois de novembre 2012
mardi 20 novembre 2012

popularité : 7%

ALIMENTERRE

Dans le cadre du festival Alimenterre, l’association Artisans du Monde organise des débats avec des spécialistes d’Europe ou d’Afrique sur les enjeux agricoles et alimentaires Nord - Sud, à partir de films documentaires. Le 13 nov à 20 h 30 à la Vence Scène, le film « Planète à vendre » sera projeté : Depuis quelques années, on constate une ruée sans précédent de gros investisseurs soutenus par leurs gouvernements ou d’acteurs financiers à la recherche de placements juteux vers les meilleures terres des pays pauvres. Pays qui ont connu des émeutes de la faim ou ont recours à l’aide internationale pour nourrir leurs peuples… D’autres projections auront lieu dans l’agglomération. Pourquoi parler ici de ces sujets lointains ? Parce que l’action locale pour que notre commune, notre agglomération offrent à tous un cadre de vie plus respectueux de l’environnement, en un mot plus durable, est pour nous inséparable d’une action plus large pour des rapports Nord-Sud équitables. L’agenda 21 de Saint Egrève insiste d’ailleurs sur ce point. Il est incroyable que des millions d’hommes, de familles vivent dans la plus extrême misère, sans même de quoi se nourrir convenablement, alors que l’agriculture produit déjà bien plus que ce dont la population mondiale a besoin. Et au moins 80% des personnes souffrant de malnutrition sont des paysans ! Que pouvons-nous contre cette situation ? D’un côté bien sûr exiger que les dirigeants que nous élisons mettent en place des politiques, des lois qui préservent les économies fragiles des pays pauvres. Par exemple pour refuser les agrocarburants actuels qui consomment de plus en plus de produits alimentaires et causent ou accentuent ainsi l’accroissement fou du prix des céréales et des oléagineux, qui affame les plus pauvres. Mais aussi dans notre quotidien, être attentifs aux produits et services que nous consommons : fruits et légumes de contre-saison qui prennent souvent la place de cultures vivrières dans les pays pauvres, produits tropicaux cultivés dans des conditions proches de l’esclavage, séjours sous les cocotiers qui engloutissent des ressources locales, l’eau entre autres, dont les habitants locaux manquent cruellement. On ne peut pas se contenter de dénoncer les multinationales dont le comportement dans les pays du Sud est souvent indéfendable, car en même temps, c’est cette organisation de l’économie mondiale qui permet de produire tant de produits à des prix dérisoires dont nous sommes en fin de compte bénéficiaires. Le festival Alimenterre peut nous apporter des éléments de réflexion pour orienter notre consommation et nos combats politiques

Vos élus du groupe Ecologie, Solidarité et Démocratie, M. Dubesset et J.P. Moy

 
Documents joints à cet article :
Articles de cette rubrique
  1. Mois de septembre 2012
    27 septembre 2012

  2. Mois d’octobre 2012
    27 octobre 2012

  3. Mois de novembre 2012
    20 novembre 2012

  4. Mois de décembre 2012
    27 novembre 2012