Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2014
Décembre 2014
samedi 24 janvier 2015

popularité : 1%

Décembre 2014

La biodiversité : un luxe ?

Selon certains, la lutte pour préserver la biodiversité est un caprice d’écolo ! Un président de conseil général ironisait récemment sur les contraintes que la préservation de la faune /flore font peser sur les projets d’équipement… Et pourtant, on sait maintenant que la diversité est une condition de la résistance de la vie à toutes les agressions, naturelles ou artificielles. C’est l’interaction entre les espèces qui garantit l’équilibre global. Dans une même espèce, la variabilité permet une meilleure résistance aux maladies, aux aléas climatiques ou aux prédateurs. Ceci est vrai pour les cultures, pour les espaces naturels, et encore plus pour les zones humides. Par exemple à la fin du XIXe siècle, le vignoble européen fut détruit par le phylloxera. L’importation de variétés de vignes américaines naturellement résistantes à ce parasite a pu le sauver. On constate une baisse de la pollinisation par les insectes, une diminution importante du nombre d’oiseaux (-20% en Europe depuis 30 ans)… On est encore loin de connaître le rôle de chaque espèce. Une espèce qui s’éteint, c’est souvent invisible. C’est parfois une perte, surtout un déséquilibre écologique, peut-être une solution à une maladie qui disparaît. A terme, c’est la survie de l’humanité qui est en jeu. Le grignotage est le plus grand risque : une multitude d’atteintes mineures, auxquelles il est difficile de s’opposer sans passer pour des extrémistes, finit par avoir des effets majeurs. C’est là que nous pouvons agir : individuellement par notre mode de vie (produits bio et locaux, zéro pesticide dans les jardins, loisirs peu consommateurs d’espace…) ; collectivement par le souci de minimiser l’impact des équipements, par des espaces verts nombreux et sans pesticides, par un urbanisme qui maintient l’équilibre entre les immeubles et les jardins, par des transports en commun moins dévoreurs d’espace, par la lutte contre l’étalement urbain, … C’est évidemment le sens de notre lutte au parc de Fiancey, que nous voulons préserver du grignotage. C’est aussi la raison de notre vigilance sur les aménagements qui uniformisent notre ville.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS

 
Articles de cette rubrique
  1. Mai 2014
    24 juin 2014

  2. Juin 2014
    24 juillet 2014

  3. Juillet 2014
    24 août 2014

  4. Septembre 2014
    24 octobre 2014

  5. Octobre 2014
    24 novembre 2014

  6. Novembre 2014
    24 décembre 2014

  7. Décembre 2014
    24 janvier 2015