Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2016
Dernière mise à jour :
vendredi 1er décembre 2017
Statistiques éditoriales :
213 Articles
3 Brèves
Aucun site
5 Auteurs

Statistiques des visites :
194 aujourd'hui
200 hier
561331 depuis le début
     
Février 2016
dimanche 27 mars 2016

popularité : 2%

Février 2016

Réforme des rythmes scolaires : une concertation pour rien ?

Les parents des 1582 élèves des 6 groupes scolaires de la commune ont reçu pendant les congés de Noël un carton réponse pré timbré leur demandant de répondre à la question suivante : "Quelle organisation du temps scolaire souhaiteriez-vous voir appliquer dès la rentrée de septembre 2016 ?" Seules 2 réponses étaient possibles : extension de la pause méridienne de 15 mn ou maintien des horaires existants. Ce courrier précisait en conclusion que dans un 2e temps il serait "lancé une grande réflexion autour des temps périscolaires". Nous pensons qu’il aurait été plus judicieux de discuter d’abord du fond plutôt que du seul aménagement des horaires. Cette consultation fait suite à 5 réunions d’un petit groupe de travail. Plusieurs scénarii d’organisation du temps scolaire et périscolaire ont été très vite éliminés. Comme à chaque concertation, la mairie a imposé son cadre, occulté certains enjeux, simplifié la démarche. Elle est passée à côté de l’opportunité de repenser le temps global de l’enfant et la bonne articulation de moments distincts : classe, périscolaire, activités extrascolaire, famille. Par ailleurs, le refus strict de la mairie de participer au transport des enfants vers les autres acteurs sportifs ou culturels de la commune pour la pratique extrascolaire, voire périscolaire, a limité d’emblée les choix d’évolutions des horaires du périscolaire. Pour autant, la ville ne s’est pas gênée de rappeler qu’elle organise ce transport pour les enfants inscrits à l’école municipale des sports. Ce traitement asymétrique pénalise le monde associatif qui doit rester indépendant dans ses projets éducatifs, culturels et sportifs malgré les subventions. Enfin, nous espérons que pour des raisons d’équité, d’équilibre alimentaire et de soutien aux familles les plus modestes, la mairie restaurera le goûter collectif gratuit, que la refonte des activités périscolaires n’entraînera pas de surcoût et que la lutte contre l’échec scolaire sera au centre de la réflexion sur les temps périscolaires.

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS, groupe.eco.sol@orange.fr