Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2016
Dernière mise à jour :
mardi 26 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
208 Articles
3 Brèves
Aucun site
4 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
0 hier
548321 depuis le début
     
Mai 2016
lundi 27 juin 2016

popularité : 1%

Mai 2016

Et si vous payiez bientôt votre pain et vos impôts en Cairn ?

Ceux qui parmi vous ont vu le film “Demain”, ont peut-être entendu parler pour la première fois des “monnaies locales complémentaires” (MLC) et en ont découvert les enjeux. Mais savez-vous qu’une association citoyenne travaille activement depuis plus d’un an à la création d’une telle monnaie pour l’agglomération ? Le “Cairn”, dont le lancement est prévu pour septembre 2017 présente de nombreux avantages : • Permettre aux citoyens de comprendre les mécanismes de la monnaie et de s’impliquer démocratiquement dans sa création et sa gestion ; • Dynamiser le tissu économique local et résister à la spéculation financière ; • Favoriser les circuits courts et protéger l’environnement ; • Établir la confiance et encourager l’entraide entre tous les utilisateurs. Pourquoi le “Cairn ?” ? Les cairns, ce sont ces petits tas de pierres qui balisent les chemins de nos montagnes et permettent de nous repérer quand on est dans le brouillard. Nous espérons qu’ils permettront de nous repérer au milieu du brouillard économique actuel. En quoi le Cairn concerne-t-il les Saint-Egrèvois ? Les MLC sont des monnaies complémentaires qui coexistent avec la monnaie officielle d’un territoire. A partir de septembre 2017, vous pourrez échanger des euros contre des Cairns et payer vos courses ou vos impôts locaux (si la mairie l’accepte...) en Cairns auprès des commerçants qui accepteront de les utiliser. En France, comme ailleurs dans le monde, les MLC ont le vent en poupe. Parce que c’est une monnaie citoyenne qui échappe à la spéculation, qui résiste aux crises économiques et qui ne peut pas s’évader dans un paradis fiscal. Mais pour qu’une telle monnaie voie le jour, il faut des citoyens qui travaillent ensemble à ce projet fédérateur. L’association actuelle réunit déjà une centaine de personnes de toute l’agglomération, mais ce n’est pas suffisant. Citoyens, commerçants, associations, services publics, saisissonsnous de cette occasion de travailler ensemble dans l’intérêt de tous !

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos groupe.eco.sol@orange.fr