Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2016
Dernière mise à jour :
vendredi 1er décembre 2017
Statistiques éditoriales :
213 Articles
3 Brèves
Aucun site
5 Auteurs

Statistiques des visites :
243 aujourd'hui
200 hier
561380 depuis le début
     
juillet 2016
mercredi 31 août 2016

popularité : 2%

Des finances saines, mais sans ambition

Lors du conseil municipal de juin, le compte administratif retraçant la réalisation du budget de l’exercice 2015 a été présenté et soumis au vote. Nous avons voté contre en raison des écarts constatés entre le budget prévu et celui réalisé, ainsi qu’entre les objectifs affichés et les orientations réelles. La mairie prévoyait pour le budget de fonctionnement une baisse de 2% des recettes et une légère hausse des dépenses d’exploitation. Dans les faits, les dépenses liées aux services rendus et au personnel ont été surévaluées de 1 450 000 €. Pour les recettes, l’excédent est de 453 378 € alors que la hausse des impôts liés à la progression du bâti sur la commune était prévisible. L’épargne nette est 6 fois supérieure au montant prévu !

L’excès de prudence a eu des effets négatifs sur l’éducation avec une politique a minima : offre d’activités de loisirs sans vrai barème social pour les plus modestes, diminution du budget culturel et sorties des écoles, absence de plan d’aide à la parentalité et aux devoirs, réforme des rythmes scolaires sans implication ni soutien des associations locales (-8,8% de subventions).

En matière de transition énergétique, les travaux rue du Muret n’étaient pas prioritaires et la rénovation pour 1 083 000 € ne satisfait aucun usager. Pour l’environnement, les investissements ont été destinés à sécuriser les habitations proches du Néron sans aucune ambition pour valoriser la « nature » en réhabilitant par ex. les chemins de randonnée ou en se dotant d’un plan biodiversité en ville.

Enfin pour la solidarité, l’obstination à vouloir construire un pôle enfance sur une zone humide a obligé la commune à acheter des préfabriqués (238 000 €) pour accueillir les enfants des Mails en attendant la nouvelle construction. Trop de parents attendent une place en crèche, des terrains existent ailleurs qu’à Fiancey. Or, ce projet aurait pu aboutir plus vite. Et où en est-on du projet de pôle santé à l’heure où des services de proximité ferment et les médecins généralistes vieillissent ?

Laurent AMADIEU, Brigitte RUEF, Tania BUSTOS

groupe.eco.sol@orange.fr