Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2017
Dernière mise à jour :
mardi 26 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
208 Articles
3 Brèves
Aucun site
4 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
0 hier
548321 depuis le début
     
Juin 2017 - Elections
mercredi 7 juin 2017

popularité : 2%

Nous tenions à saluer les saint-égrèvois qui se sont déplacés en masse les 23 avril et 7 mai derniers pour élire leur Président de la République. Au 1er tour, 77,34 % des 11 880 inscrits se sont exprimés. Ils ont placé en tête M. Macron avec 31% des suffrages, suivi de M. Mélenchon avec 22.06 %, puis M. Fillon à 16.03%, Mme Le Pen à 14.93 % et enfin M. Hamon à 8.42%. Vous connaissez la suite…

Comme au niveau national, mais de manière amplifiée à Saint-Egrève, une majorité de français ont souhaité mettre fin au bipartisme qui était de toute façon condamné par la montée du FN et l’absence de résultats tangibles pour vivre mieux demain. Ils ont donc sanctionné les candidats issus des partis de gouvernement et positionné en 1er ceux en apparence les plus en dehors du « système » et des clivages partisans. Que retenir ?

1 Les deux candidats issus d’un processus démocratique interne et ouvert à travers les primaires sont les grands perdants contrairement à ceux qui se sont auto-proclamés candidats.

2 Même si le rejet des partis politiques est réel, il n’en reste pas moins que 2 nouveaux partis sont nés : La France Insoumise et La république En Marche ! La constitution de 1958 précise que les partis sont les structures qui concourent à l’expression du suffrage et donc participent du jeu démocratique.

3 Le positionnement politique du « et de gauche et de droite » du Président Macron a rencontré un écho assez favorable à Saint-Egrève et auprès de Mme Kamowski à tel point qu’elle est candidate d’En marche pour les élections législatives des 11 & 18 juin prochain.

Comme beaucoup de saint-égrèvois, si d’aventure elle était élue, nous nous interrogeons sur qui dans son équipe serait susceptible de prendre le relais sachant que le nouveau dispositif du code électoral ne permet plus à un député d’être maire ou même adjoint d’une commune ? Par contre, il reste la possibilité de conserver le mandat de « simple » conseiller municipal, c’est-à-dire sans délégation aucune.

Nous vous invitons encore une fois à venir nombreux pour accomplir votre devoir électoral.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos