Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2017
Dernière mise à jour :
vendredi 1er décembre 2017
Statistiques éditoriales :
213 Articles
3 Brèves
Aucun site
5 Auteurs

Statistiques des visites :
243 aujourd'hui
200 hier
561380 depuis le début
     
mars 2017 - Il était une fois un parc amputé
mercredi 7 juin 2017

popularité : 5%

La bataille pour la préservation du parc de Fiancey a commencé dès 2010. Nous étions nombreux à considérer que ce grand espace vert devait être entièrement sauvegardé à l’heure où le reste de la ville allait se densifier et accueillir plus d’habitants. De plus, nous avons toujours dénoncé le gaspillage du foncier qu’allaient engendrer les constructions sur cette étendue d’herbe. Et comme c’est une zone humide, la loi impose de réaliser des bassins de rétention correspondants au double de la superficie ainsi détruite ! Où seront ces compensations ?

Avec le soutien de plus de 600 saint-égrèvois qui s’étaient exprimés en faveur de la sauvegarde du parc lors de la révision du Plan Local d’Urbanisme approuvée en 2011, nous nous étions associés à une 1ère action en justice pour dénoncer le bétonnage du parc. Cela avait abouti en 2013 à une victoire devant les tribunaux et à la remise en cause des projets sur cet emplacement. La mairie avait ensuite fait appel et obtenu gain de cause en 2015 alors que, sur le fond du dossier, rien n’avait changé.

Entre le 1er et le 2ème jugement, nous avions dénoncé, de nouveau devant les tribunaux, la supercherie de la majorité qui avait dû se conformer au jugement de 2013 mais avait, dans les faits, maintenu en l’état ses projets de constructions sur le parc.

Au final, nous regrettons le temps perdu pour les usagers de la piscine, ceux de la petite enfance et dénonçons le gaspillage de ce beau terrain enherbé bien rare qu’il aurait fallu sanctuariser pour nos enfants. On aurait pu faire plus vite en construisant ailleurs puisque des alternatives étaient possibles.

Malgré cela, nous sommes satisfaits : notre action a permis de réduire l’urbanisation de ce parc avec l’abandon d’un projet d’immeuble et une meilleure prise en compte dans les projets du caractère naturel de ce site. Et maintenant ? Un recours pour attaquer le permis de construire du pôle enfance et un référé suspensif pour demander l’arrêt des travaux ont été déposés. Et il en sera probablement de même pour la piscine…

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

groupe.eco.sol@orange.fr