Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2017
Dernière mise à jour :
mardi 26 septembre 2017
Statistiques éditoriales :
208 Articles
3 Brèves
Aucun site
4 Auteurs

Statistiques des visites :
0 aujourd'hui
0 hier
548321 depuis le début
     
Septembre 2017 - Non aux fermetures des deux bibliothèques de quartier !
mercredi 6 septembre 2017

popularité : 1%

L’idée de faire évoluer les trois bibliothèques de St-Egrève vers une médiathèque du XXIème siècle est très séduisante ; oui, la lecture publique mérite de passer à la vitesse supérieure en intégrant le numérique et le partage de contenus. Mais cette modernisation ne doit pas acter la fermeture des bibliothèques de proximité Rochepleine et Fiancey !

Lors du conseil municipal du 5 juillet dernier, de très nombreux habitants, adultes et enfants, sont venus exprimer leur opposition à ces fermetures et dire leur attachement à ces bibliothèques, véritables lieux de vie et de culture dans leur quartier. Les élus d’opposition se sont joints au mécontentement et ont quitté le CM après que le maire a refusé notre demande de reporter la délibération.

Le tram permet de se déplacer pour aller à Barnave ? Oui, mais pas pour un enfant qui va à la bibliothèque tout seul quand elle est à côté ; pas pour les élèves de l’école primaire parce qu’il faut des accompagnateurs supplémentaires ; pas pour une mère de famille qui doit payer le tram pour elle et ses enfants.

La bibliothèque de Rochepleine est au cœur de l’école, l’architecte a mis la lecture au centre de l’éducation. La bibliothèque de Fiancey est au cœur du quartier, c’est un lieu de vie essentiel et le dernier service public.

Oui, il faut des horaires d’ouverture au public élargis en semaine, le WE et pendant les vacances. A St-Egrève, le temps consacré à l’accueil du public est très faible comparé à d’autres bibliothèques. La mairie aurait dû depuis longtemps moderniser le système de prêt pour libérer du temps aux agents.

Alors que les finances de la ville ont un excédent de 4 millions € et que 2 millions € vont être investis pour doubler la superficie de Barnave, l’argument de recherche d’économie est irrecevable. Nous demandons l’ouverture d’une réelle concertation avec les habitants, lecteurs ou non, et les acteurs locaux de la culture et de l’éducation. De même, nous attendons encore un vrai débat sur le projet de lecture publique pour la ville.

Laurent Amadieu, Brigitte Ruef, Tania Bustos

groupe.eco.sol@orange.fr