Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2017
Dernière mise à jour :
vendredi 1er décembre 2017
Statistiques éditoriales :
213 Articles
3 Brèves
Aucun site
5 Auteurs

Statistiques des visites :
243 aujourd'hui
200 hier
561380 depuis le début
     
Discours Débat d’Orientation Budgétaire 2018
vendredi 1er décembre 2017

popularité : 4%

Un DOB plus sincérité que les autres années mais toujours de mauvais choix ?

Ce rapport d’orientation budgétaire marque une rupture dans sa présentation par rapport aux années précédentes. En effet, Il nous semble plus sincère dans le sens où il colle davantage aux réalités financières structurelles de notre commune. Ces réalités, nous les avions déjà mises au grand jour lors de notre dernière intervention sur le budget et nous allons revenir dessus dans la première partie de notre intervention.

Mais au-delà des chiffres prévisionnels et de la situation purement comptable, c’est plutôt votre manque d’ambition et de vision à moyen long terme pour la commune et les saint-égrèvois qui nous dérange ainsi que certains de vos projets, pour lesquels de vrais désaccords entre vous et nous existent. C’est ce que nous développerons dans un second temps.

1 l’impact des orientations budgétaires sur les finances de la commune

  Premièrement, ce rapport d’orientation est plutôt rédigé de manière positive et il ne rejette plus la faute sur le contexte nationale et les baisses de dotations comme les années précédentes. En même temps, pour une municipalité qui a fait son « coming out » macroniste, il eut été surprenant de voir cette majorité critiquer les nouvelles mesures fiscales nationales, à commencer par la suppression de la taxe d’habitation. Cette recette essentielle pour la commune est supposée rapporter 3,3 M€ en 2018 selon le ROB. Espérons-le ! Sur ce point nous resterons prudents et nous attendrons de voir en fin d’année prochaines ce qu’il en est, puisque le gouvernement affirme que cette suppression sera entièrement compensée et de manière « dynamique ». Ce qui quand même nous surprenant le plus, c’est la manière dont vous minimisez & occultez cette fois les risques probables de baisse de recettes pour les collectivités liés à la réforme fiscale en cours dont on ne sait pas exactement ce qu’il en adviendra.

  Deuxièmement, comme dit en préambule de notre intervention, pour une fois, ce rapport prend acte du poids historique des recettes fiscales liées aux entreprises installées sur notre commune depuis longtemps ou qui viennent de s’implanter, comme A Raymond. Jusqu’à présent, ce point n’était jamais souligné dans votre rapport d’orientation. Il est pourtant essentiel car ces recettes représentent 41 % des recettes de la taxe foncière, recettes qui s’élèvent au total à 6,3 M €. De la même manière, les recettes d’Attribution de Compensation en provenance de la Métropole, sont historiquement hautes, d’un montant de 6,5 M€ et participent tout comme les recettes foncières des ménages et des entreprises, à la bonne santé financière de Saint-Egrève indépendamment de votre gestion.

Enfin, concernant les recettes de fonctionnement anticipées, vous annoncez que « les recettes issues des impôts locaux devraient progresser de plus de 5% » page 11. Franchement, vous étiez bien davantage prudents les autres années, nous vous l’avions d’ailleurs reproché à juste titre.

  Le troisième point que nous relevons, c’est le ralentissement de la cure d’austérité sur les dépenses de fonctionnement et en particulier sur les services rendus au(x) public(s). Pour 2017, la baisse était annoncée de- 3% alors qu’elle est prévue pour 2018 à -0,3%. Quid de la qualité des services publics rendus ?

En conclusion de cette première partie, Saint-Egrève devrait selon ce ROP rester dans une zone de relatif confort budgétaire puisque l’épargne nette pour la fin de ce mandat est même rehaussée avec 1,5 M€/an prévue alors qu’elle était estimée l’an dernier en-deçà de 1M€/an. Pour l’année 2018, le recours à l’emprunt pour financer les investissements n’est même plus prévu ! Doit-on pour autant se réjouir d’une telle situation ? Oui & non…

2 Ce que dit ce ROB de votre vision pour Saint-Egrève et les Saint-Egrévois

Un mot sur vos priorités & projets de fin de mandat :

  Nous partageons une partie des projets d’investissement de cette seconde partie du mandat. Mais en même temps, nous savons que parmi ces projets, beaucoup sont obligatoires de par la loi, comme de rendre les équipements publics accessibles aux personnes à mobilité réduite. De même, beaucoup de projets ont été rendus nécessaires à cause d’une trop grande vétusté. Je veux parler par exemple de la rénovation des écoles de Barnave ou de Prédieu.

  Concernant vos autres projets, ceux que vous portez réellement : la modernisation des bibliothèques avec son corolaire la fermeture des deux bibliothèques de proximité, la lutte contre l’insécurité via la vidéo surveillance comme solution miracle mais couteuse, le projet qui n’en finit plus de durer de la nouvelle piscine au détriment du plus grand parc public, ou encore le choix retenu des travaux de réaménagement des tribunes Balestas : tous ces choix sont largement contestables. Nous estimons, et nous pesons nos mots, que sur ses projets, d’autres alternatives étaient et sont encore possibles ! Si vous le souhaitez, nous pouvons développer…

  Parlons enfin quelques secondes du projet d’éco-quartier de la gare. C’est potentiellement un très beau projet mais premièrement, comment ne pas s’interroger sur le retard conséquent pris alors que ce projet devait être l’une des priorités de ce mandat, voire déjà du mandat précédent. Comment aussi ne pas regretter que vous n’ayez pas fait le choix d’un outil public de gouvernance pour ce projet qui se veut ambitieux. Ce projet a déjà presque dix ans, que de temps perdu depuis 2009, date à laquelle le projet de quartier durable de la Gare était retenu par le Conseil Régional. Les dernières réunions d’information datent de 2011 & 2013. Il est temps de consulter...

Le périmètre géographique de ce projet comporte tous les ingrédients pour inventer la ville résiliente de demain, une ville avec de la mixité urbaine : il y a un vrai défi en matière de déplacements alternatifs à la voiture, avec une gare sous utilisée et dont le guichet ferme en décembre, un tramway qui finalement évite la gare et attend toujours son arrêt « les Bonnais ». D’ailleurs qu’en est-il ? Réclamez-vous toujours cet arrêt ou en avez-vous fait le deuil, comme l’arrêt de la mairie ? Il y a aussi sur ce futur quartier, à la fois des zones d’activités économiques, du résidentiel privé potentiellement fragile pour lequel il faudra être vigilant, des équipements publics, un parc public végétalisé à imaginer, des connexions inter-quartiers à créer et surtout 350 nouveaux logements à faire sortir de terre !

Alors, s’il vous plaît M. le Maire, Mesdames et Messieurs les adjoints et conseillers de la majorité, emparez-vous, emparons-nous, de ce projet de quartier durable. Parlons avec les Saint-Egrèvois de ce que doit-être la ville de demain, du Saint-Egrève ville durable, du Saint-Egrève à la hauteur des enjeux qui sont déjà là : le réchauffement climatique, la perte de la biodiversité, les pollutions et ses risques pour la santé, la maitrise de l’étalement urbain et la nécessité de « faire ensemble ». Racontez-nous quelle est votre vision de ce futur quartier durable et comment vous pensez qu’il devra essaimer sur les autres quartiers ?

Comme nous l’avons dit, Saint-Egrève n’a pas de difficultés financières, elle a d’autant plus le devoir de mieux accompagner les Saint-Egrèvois aux changements qui nous attendent et donc d’investir plus et mieux en ce sens. Malheureusement, si nous pouvons dire que ce rapport d’orientation budgétaire est davantage sincère que les années précédentes, il manque cruellement d’ambition et d’un vrai projet pour Saint-Egrève. ! Le 29 novembre 2017