Vert Saint-Egrève
Accueil du siteLe mot des élusJournal municipalMandat 2014-2020Année 2018
Dernière mise à jour :
mercredi 4 septembre 2019
Statistiques éditoriales :
234 Articles
3 Brèves
Aucun site
6 Auteurs

Statistiques des visites :
734 aujourd'hui
0 hier
736939 depuis le début
     
Mai 2018 - Alerte biodiversité !
lundi 18 juin 2018

popularité : 1%

Les grenouilles de l’étang de Rochepleine ne chantent plus. Que s’est-il passé ? En 15 ans, 30% des oiseaux ont disparu. Pourquoi donc ?

Il y a 20 ans, après 500 km en voiture, on ne voyait plus à travers le pare-brise tant il y avait d’insectes écrasés ! Et aujourd’hui ?

Les néonicotinoïdes, insecticides généreusement utilisés, sont très probablement les coupables. Moins d’insectes, les oiseaux n’ont plus assez à manger. C’est tout le cycle de la vie qui est perturbé, la fertilisation et l’aération des sols, la pollinisation des plantes, etc.

Et ce n’est que la partie visible de l’effondrement de la biodiversité. L’activité humaine est à l’origine de cette détérioration généralisée des terres. Toutes les espèces animales et végétales sont menacées.

Plus les connaissances progressent, plus on se rend compte que l’équilibre dans lequel nous vivons est fragile et que des atteintes qui semblent minimes ont des effets sur toute la chaîne biologique, depuis les minuscules bactéries jusqu’aux grands mammifères et bien sûr aux humains.

C’est le cri d’alarme qu’ont lancé fin mars les experts mondiaux de la biodiversité réunis en Colombie

Que faire ?

D’abord une action globale est nécessaire : changer les pratiques agricoles, restaurer les écosystèmes dégradés, recréer des réserves de biodiversité : forêts, zones humides, espaces naturels. Et arrêter de nourrir notre bétail avec du soja cultivé à la place des forêts équatoriales.

Au niveau de la ville, intégrer la biodiversité, c’est d’abord savoir où on en est : établir un Atlas de la biodiversité communale ; c’est créer des espaces verts, préserver ceux qui existent, protéger les passages de faune par les trames vertes et bleues, éteindre les lumières la nuit pour protéger la faune nocturne ; c’est aussi faire comprendre les enjeux aux habitants par la concertation.

Au niveau individuel, il s’agit de passer à un mode de consommation plus sobre, des produits locaux, moins de viande et de gaspillage, végétaliser tout ce qui peut l’être.

Nous espérons pouvoir entendre encore longtemps les oiseaux chanter !

L.Amadieu, B.Ruef, E.Bruyant

groupe.eco.sol@orange.fr