Vert Saint-Egrève
Accueil du siteDéveloppement durable
Brèves
20ème Festival de l’Avenir au Naturel
mardi 30 août
le 3 et 4 septembre 2016, un festival digne d’intérêt
 
Sur le Web : Plus d’informations
« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
vendredi 13 mars 2009

popularité : 1%

Pour une croissance de la population en Isère respectueuse de l’environnement

Le 15 janvier 2009, le Dauphiné Libéré titrait « 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? ». C’est le résultat du dernier recensement de la population dans notre département.

100 000 habitants supplémentaires cela correspond à une population englobant 2/3 des habitants actuels de Grenoble intramuros. La population iséroise a crû sur la période 1999-2006 de 9,28 %. Cette augmentation de population due à la fois au solde naturel et au solde migratoire nous amène à nous poser plusieurs questions. Parmi elles une question ne sera pas traitée ici mais mérite tout de même d’être formulée : Est-ce que accroitre sa population de près de 10% tous les 7 ans est soutenable à long terme sur un territoire ayant de fortes contraintes géographiques ?

D’autres plus précises et très concrètes, concernant nos vies quotidiennes, seront abordées : Quelles sont les communes qui ont bénéficié de ce surcroit de population ? Comment cela se répartit il sur le territoire du sud Isère, de l’agglomération ? Et surtout quelles sont les conséquences de la répartition de cet apport nouveau de population en matière d’environnement et de déplacements ? Comme nous allons le voir dans ce bilan de cet accroissement de population, nous nous devrons de proposer des pistes de réflexions différentes.

1-Répartition des nouveaux habitants

Le dernier recensement de la population pour le sud Isère nous indique que les gains importants de population concernent souvent les communes en bout d’agglomération grenobloise, ou situées dans un rayon de 30 kms et plus du centre de l’agglomération, pour preuve :

- Sud Agglo : Vif + 23,4%, St martin d’Uriage + 9% et plus loin encore Monestier-de-Clermont + 19% ou Mens + 14,8%.

- Vallée du haut Grésivaudan : Plateau des petites Roches + 27%, Le Cheylas + 21%, Allevard + 17%, La Terrasse + 14%, Lumbin + 29% etc.

- Vallée du bas Grésivaudan : Saint Marcellin + 11,2%, Saint-Vérand + 20,01 %

Remarquons cependant que quelques communes de l’agglomération comme Echirolles et Sassenage ont connu aussi une forte croissance de la population, au même rythme que celle du département : Echirolles +8,8% soit +2943 habitants, Sassenage +8,8% soit +879 habitants.

A contrario, une partie non négligeable des communes de l’agglomération comme Fontaine, Meylan, Saint Egrève, Seyssinet-Pariset, Eybens perdent elles des habitants.

Pour Saint Egrève, entre 1999 et 2006 le recul de la population est d’une cinquantaine d’habitants alors que notre commune gagnait 400 logements, passant de 6195 logement à 6592. Cherchez l’erreur !1 Pour rappel, de 1968 à 1999 St Egrève a connu une augmentation de sa population de 35% tandis que son parc de logement lui doublait quasiment (+ 90%). Comme par le passé, cette fois encore c’est la diminution du nombre d’individus par ménage qui est en cause. On est passé d’une moyenne de 3,5 personnes par logement en 1968 à 2,6 en 1999, pour atteindre finalement 2,25 en 2006.

En définitif, le taux de variation annuel de la population du pole urbain grenoblois a été en moyenne de 0,3% sur la période étudiée avec des variations très importantes selon qu’il s’agisse de la ville centre (0,2%), de la banlieue (0,3%) ou de la couronne périurbaine (1,3%)2.

Les résultats de la répartition géographique des nouveaux habitants confirment donc ce que tous les isérois vivent quotidiennement en étant acteurs ou spectateurs des innombrables embouteillages, à savoir qu’une part de plus en plus importante de la population habite de plus en plus loin du centre urbain, qui est souvent le principal pourvoyeur d’emploi.

2- Conséquences sur l’environnement : déplacements/urbanisation

Pour comprendre si un accroissement inégalement réparti de la population sur un territoire comme l’Isère est une bonne chose ou non d’un point de vue des déplacements il faudrait aussi comparer ces taux de croissance avec le taux de croissance de création net d’emplois sur ces territoires. Qu’une commune comme St Marcellin ou Monestier de Clermont connaissent un taux de croissance de la population important peut être considéré comme positif d’un point de vue du dynamisme économique, mais il faut tout mettre en œuvre pour que sur ces territoires, de l’emploi soit également créé. Ces territoires ne doivent pas être ou devenir plus encore des cités dortoirs.

Concernant les conséquences d’un point de vue de l’urbanisation proprement dit, nous sommes confrontés à deux phénomènes que l’on croit souvent opposés mais qui dans les faits se complètent malheureusement assez bien dans notre département. D’une part, pour le milieu urbain il s’agit de la densification du nombre de logements et pas forcément du nombre d’habitants, avec pour conséquence une emprise toujours plus importante du bâti, ou dit autrement du béton, ce qui inévitablement amoindri la biodiversité. Il est important de souligner qu’aujourd’hui chaque personne dispose en moyenne de 1,7 pièce au lieu de 1 pièce en 19543, cela signifie en d’autres termes qu’il faut bâtir presque deux fois plus de logements qu’auparavant pour garder le même rythme de croissance positive ou négative de la population sur un lieu donné.

D’autre part, pour le secteur rural ou périurbain, nous faisons fasse à un étalement urbain qui ne cesse de progresser et qui inexorablement abouti à réaliser cette mégalopole rêvée par certains élus entre Genève et Valence. Bravo ! Là aussi les conséquences sont immédiates en ce qui concerne la biodiversité avec des territoires riches en faunes et flores qui comme le Vercors ou la Chartreuse se trouvent de plus en plus enclavés à cause de cette continuité urbaine qui ne fait que s’accroitre. Hors chacun sait que pour préserver cette biodiversité les échanges (passage de la faune, renouvellement par des apports nouveaux de population) entre les différents territoires sont indispensables.

3- Pour une ville mixte socialement, économiquement et écologiquement

Plusieurs pistes doivent être étudiées sérieusement pour que l’on puisse arriver à réduire la distance moyenne entre lieu d’habitation, de travail et de consommation. Aujourd’hui, on ne cherche pas suffisamment à rapprocher les lieux d’habitation et de travail. Pour preuve certaines zones d’activité naissent en plein champ comme celle de la Bièvre (entrepôt King jouet), bien loin des bassins d’habitation, ce qui génère de nouveaux déplacements. Pire encore, à Grenoble on a même préféré reconvertir en logements seuls les grandes zones industrielles qui étaient laissées en friches plutôt que de mixer entreprises et logements un peu comme cela se fait sur le secteur Bouchayer- Viallet.

Peut être faudrait-il réfléchir à ce que dans le PLU, chaque fois que des logements sont créés, cela soit assujetti à la création d’un certain nombre nouveau d’emploi ? Cela pourrait être préconisé au moins dans le PADD. Ainsi une commune qui accroit son nombre d’habitants en quelques années mais ne favorise pas l’implantation d’emploi devrait se voir pénalisée. La création aujourd’hui d’éco quartier doit absolument favoriser à cet effet à la fois, la mixité sociale et la mixité du bâti (logements, implantation d’entreprises et des équipements publics)4. Il faudrait également avoir des leviers (fiscalité incitative, subventions) locaux permettant d’inciter davantage les entreprises à valoriser financièrement par des primes ou autres, leurs salariés qui se rapprocheraient de leur lieu de travail ou qui ne logeraient qu’à X distances de leur travail. Bien sûr cela nécessite aussi de prendre en compte l’aspect du prix de l’immobilier et donc aussi d’avoir une politique de logements sociaux à proximité de ces pôles d’emploi, voire d’accession aidée à la propriété.

Par ailleurs, il faut arriver à inventer des politiques qui permettraient d’améliorer le rendement d’un logement (c’est à dire d’augmenter le nombre d’habitants par pièce ou mètres carrées). En effet, nous nous devons d’inventer les conditions qui feront que demain plus de personnes aient envie de vivre ensemble sous un même toit ou que le logement occupé corresponde bien au besoin de l’occupant. Par exemple, certaines communes, encore rares réfléchissent à la mise en place d’une plateforme où il serait possible d’échanger des logements en fonction des besoins réels des occupants. Cela bien sûr ferait l’objet de contrats, de compensations diverses (financières, services à la personne etc.) en fonction des biens échangés ou mis à disposition (Chambre étudiante contre services par exemple).

En conséquence, bien qu’il y ait eu dans les faits une densification urbaine des villes de l’agglomération grenobloise, cela a été concomitant avec un rythme de développement des communes plus lointaines encore plus soutenu. Les conséquences en terme d’augmentation des déplacements et de préservation de la biodiversité se sont fait ressentir sur l’ensemble du territoire de manière criante. Nous devons absolument avoir une vraie politique efficace d’aménagement du territoire avec une délimitation des agglomérations telles Grenoble, Voiron ou Chambéry.

Où sont et surtout où seront demain les franches vertes, ces zones tampons non urbanisées entre plusieurs pôles urbains, qui sont pourtant tellement utiles au bien être des habitants et nécessaires pour garantir une biodiversité acceptable à laquelle, rappelons le, nous appartenons ?

Laurent Amadieu

 
Documents joints à cet article :
Messages de forum :
« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
lundi 10 décembre 2012
Continuons tous ensemble à protéger notre belle région !

Cul gratuit


Officiel : cul gratuit


source du site web porno en streaming


Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
vendredi 17 août 2012
par  Aude

Je voulais vous féliciter pour la valeur de vos écrits. Je voudrais suivre vos nouveaux messages ! Continuez votre bon travail.



Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
lundi 7 mai 2012
par  Chloe
Excellent texte. Dès que je visite votre site web, j’ai besoin d’en lire davantage. Je vais de suite partager ce site avec mes potes.
En vue de la loi obligatoire sur l’éthylotest anticipez à vous équiper d’ un alcotest, vous en aurez des pas chers sur la toile.


Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
dimanche 6 mai 2012
par  Armelle
Je viens de découvrir votre site par mon frère et j’apprécie votre manière écrire. Il y a t-il un fil RSS pour lire la suite de votre prose ?
Pour éxécuter des viandes grillées prenez une plancha au gaz avec plancha en acier


Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
dimanche 13 mai 2012
par  Jacques Monteillier
Notre site est rudimentaire. Notre production irrégulière. Il serait bien d’entretenir un lien avec nos lecteurs. Pour l’heure, pas de fil RSS. Mais merci de vos encouragements. J.M
Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
mardi 6 mars 2012
par  mathieu
on croit que ce sont les villes de méditerranée qui sont les plus attractives mais la région de Grenoble bât des records je trouve.

eau de rose de ouarzazate au maroc, utilisée en bains d’eau avant d’appliquer du savon ou le gant de kessa



Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
mardi 7 février 2012
Un article pour lequel je suis Ok

assurance auto jeune conducteur pas cher forum|

assurance auto la moins chere jeune conducteur|assurance auto pas cher jeune conducteur|assurance auto entrepreneur prix|assurance auto - assurance auto collection macif|assurance automobile jeune conducteur|assurance auto entrepreneur electricien - comparateur assurance auto


Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
mardi 1er mars 2011
par  Laura
Très bon article. A chaque fois que je vous lis, j’ai envie d’en découvrir davantage. Je vais de ce pas communiquer ce blog avec mes amis :)

Trader forex
Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
jeudi 12 mai 2011
par  cristiano
merci c’est tres instructif

pronostics
Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
vendredi 9 avril 2010
par  Sam73
Excellent article qui fait le point sur toutes les problématiques actuelles générées par une urbanisation excessive à st Egrêve et plus largement dans le bassin grenoblois. Je doute toutefois qu’une ville comme Chambéry puisse être prise en exemple, vu la bétonisation mise en oeuvre à la limite de son agglomération (route d’Apremont, CHY le haut) et l’enlisement de la rénovation de son centre ville (chantier des halles notamment).

Fil de discussion

« 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
vendredi 7 décembre 2012
Effectivement, Chambéry est loin d’être un exemple pour y avoir vécu !

Vidéo enculeuse


Source enculeuse


officiel de sodomie d’un homme
Fil de discussion

Articles de cette rubrique
  1. Ressourcerie : chalet du réemploi.
    25 octobre 2008

  2. Du pain ou des jeux !
    5 décembre 2008

  3. Réflexion sur le développement : réinventer le progrès par P.Rabhi
    11 janvier 2009

  4. Révision du PLU : un Ecoquartier à Saint-Egrève ?
    7 mars 2009

  5. « 100 000 Isérois de plus, ça change quoi ? »
    13 mars 2009

  6. JO : Grenoble -Annecy ! On a gagné ?
    13 mars 2009

  7. Alimentation et agriculture
    22 mars 2009

  8. Nos enfants nous accuseront
    20 avril 2009

  9. Du bio aux portes de l’agglo
    2 mai 2009

  10. Quinzaine du commerce équitable
    10 mai 2009

  11. Le développement durable en pratique : l’AMAP
    29 mai 2009

  12. Tri sélectif : la vérité est dans la poubelle !
    18 juin 2009

  13. Semaine Européenne de Réduction des Déchets (SERD)
    5 novembre 2009

  14. Nanotechnologies : débat national
    28 novembre 2009

  15. SCOT à Naturissima
    28 novembre 2009

  16. Festival de l’avenir au naturel : L’Albenc 4-5 septembre
    28 août 2010

  17. Festival de films AlimenTerre
    5 novembre 2010

  18. Jeudi 16 décembre : biodiversité au café des sciences du Néron !
    1er décembre 2010

  19. Café des sciences : de l’énergie et des hommes au 21ème siècle !
    14 juin 2011

  20. Sortir du nucléaire : une chaine humaine le 11 mars
    26 février 2012

  21. Négawatt : un scénario énergétique sobre, efficace , renouvelable !
    13 mars 2012

  22. Coopératives sau Nicaragua
    15 mars 2012

  23. Stop bugey ! Rassemblement pour l’arrêt du nucléaire 13 octobre Lyon
    9 octobre 2012

  24. Famine au Sud, malbouffe au Nord !
    15 octobre 2012

  25. Café des sciences du néron : nourrir la planète en 2050 !
    14 février 2013