Vert Saint-Egrève
Accueil du siteEcologie
Téléphonie mobile : réduire le seuil des champs électromagnétiques
dimanche 17 mai 2009

popularité : 4%

Michèle Rivasi, tête de liste Europe Ecologie dans le sud-est, lance un appel aux communes pour qu’elles deviennent "collectivité test" du seuil de précaution de 0,6 volts par mètres.

Cette opération est lancée par l’association Robin des Toits, en coordination avec le CRIIREM doit permettre aux citoyens et aux collectivités de se mobiliser pour que le Grenelle de la Téléphonie Mobile ne soit pas aussi décevant que le Grenelle de l’environnement ne l’a été en étant amputé de toutes ses initiatives par la puissance des lobbies industriels.

Aujourd’hui, en France, en dépit des préconisations scientifiques, et au détriment de la santé de tous, les seuils d’exposition maximum sont parfois de 61 volts par mètre : 100 fois plus que ce que nos organismes peuvent supporter.

Evidemment, seulement 0,6 volts/mètre serait suffisant pour un fonctionnement normal du portable sans aucun souci technique. Mais cela demanderait plus d’entretien et d’investissement de la part des installateurs et des opérateurs ; la santé passe au second plan après le profit !

Cette obligation légale du seuil indépassable de 0,6 volts/mètre est la garantie d’une vraie prise en compte des questions sanitaires, et cette mesure nécessaire doit être l’objectif du Grenelle à minima. Le Grenelle de la téléphonie mobile doit être une avancée pour la santé-environnement.

C’est maintenant qu’il faut se mobiliser pour faire évoluer le cadre et les schémas d’implantation des antennes-relais :

- pour changer de technologie et adopter des micro et pico-antennes, dont les très faibles puissances permettront de réduire l’exposition passive des populations,

- pour privilégier des connexions câblées très haut débit dans les lieux publiques afin de proposer de nouvelles "zones blanches", dédiées à l’étude et aux esprits apaisés,

- pour commercialiser des "box" Wi-fi et bluetooth désactiver par défaut. Pour, si besoin, commercialiser des téléphones mobiles dont la puissance serait bridée, afin de limiter le risque à long terme de tumeur cérébrale. C’est maintenant qu’il faut savoir si l’on veut privilégier la santé ou l’argent.

Michèle Rivasi, candidate aux européennes, annonce déjà que Valence, préfecture de la Drôme, dont elle est adjointe à l’environnement, sera ville pilote. Six autres communes en zones urbaines ou rurales sont aussi volontaires : Courbevoie (Hauts-de-Seine), Hérouville-Saint-Clair (Calvados), Le Vigan (Gard), Niergnies (Nord), Aumessas (Gard), Campestre (Gard).