Vert Saint-Egrève
Accueil du site
Dernière mise à jour :
lundi 4 mars 2019
Statistiques éditoriales :
233 Articles
3 Brèves
Aucun site
6 Auteurs

Statistiques des visites :
200 aujourd'hui
300 hier
705393 depuis le début
     
Fil de discussion
Primaire de l’écologie : après le débat du second tour à Grenoble, J.P Moy prend position.
Pourquoi je confirme au 2e tour mon vote de 1er tour pour Eva Joly
samedi 2 juillet 2011
par Jean-Paul Burdy

Dans Libération du vendredi 1er juillet, Dany Cohn-Bendit, avec lequel je suis en général d’accord depuis très longtemps, liste les "pulsions" qui ont (auraient !) amené au score (qualifié par les commentateurs de "surprise") de Nicolas Hulot : on a voté "contre le candidat de TF1, le candidat EDF, le candidat L’Oréal. Contre un candidat qu’on n’arrive pas très bien à positionner entre la droite et la gauche". Ce n’est pas faux, ce sont bien là de vrais problèmes...

Nicolas Hulot est un personnage sympathique, populaire, et sans aucun doute sincère dans ses engagements -même si certains sont récents -contre le nucléaire-, ce qui prouve d’ailleurs qu’il sait évoluer. Mais je ne suis pas convaincu par son sens politique. Au contraire, certaines de ses initiatives ont passablement brouillé le message écologiste : ainsi le Pacte écologique signé en 2007 par presque tous les candidats, et qui pouvait laisser croire que tous les partis reconnaissaient l’enjeu écologique et allaient mettre en oeuvre les préconisations du Pacte. On a bien vu que le Grenelle de l’Environnement -dont la démarche a été initialement intéressante par le travail accompli de bonne foi par les participants- a été une vaste duperie sarkozyste, dont JL.Borloo a été un acteur efficace (le Borloo des permis gaz de schiste...). Les préconisations du Grenelle ont été sciemment et systématiquement sabotées par l’équipe au pouvoir depuis 2007 (pas compliqué d’ailleurs : il suffit qu’il n’y ait aucun décret d’application et aucun texte règlementaire promulgués pour cela).

L’écologie est un combat politique, qui doit rassembler à gauche d’abord, et au centre ensuite sans doute mais pas n’importe quel centre !), pour contraindre une droite qui n’a aucun état d’âme et aucun scrupule (par exemple dans son nucléarisme agressif, renforcé après Fukushima). Pour mener ce combat, il faut un(e) vrai(e) politique, clairement ancré(e) à gauche, et qui connaît les requins. Mais pas les gentils requins animaux de Nicolas Hulot : je parle là des requins politiques. Et Eva, par son expérience de juge que tout le monde connaît, est incomparablement mieux armée pour les affronter que Nicolas. Comme le dit Dany CB, elle représente effectivement "une écologie de gauche et de combat"...

Tout cela -et on pourrait continuer- n’enlève rien aux qualités personnelles de Nicolas Hulot, son honnêteté et son "charisme", sa pédagogie. Mais j’ai voté au 1er tour pour Eva, toute "rugueuse" qu’elle soit parfois présentée, et je confirme ce choix au 2e tour !

Jean-Paul BURDY