Mois d’avril 2010
dimanche 11 avril 2010

Un nouveau visage pour Saint-Egrève ?

Les rencontres autour de la révision du Plan local d’urbanisme (PLU) montrent l’intérêt mais aussi les interrogations des habitants de Saint-Egrève pour des projets qui vont modifier la physionomie de notre commune. Les traces de la ruralité disparaissent, ce que certains peuvent regretter. La dimension urbaine progresse avec les constructions d’immeubles en cours dans plusieurs quartiers et l’arrivée du tram annoncée pour 2014. Cette évolution est liée à notre position dans l’agglomération de Grenoble et plus généralement à la nécessité de freiner la dérive de l’étalement urbain non maîtrisé.

Ce phénomène a été encouragé par le coût élevé des logements et une qualité de vie souvent médiocre en ville, d’où l’attrait d’une maison « à la campagne ». Mais le « mitage » des zones rurales a de nombreux effets négatifs qui risquent de s’accroître dans le long terme. C’est d’abord l’augmentation du trafic automobile avec des trajets de plus en plus longs et coûteux pour les périurbains et une dégradation des conditions de vie autour des axes de circulation encombrés de bouchons. C’est ensuite une surconsommation énergétique que nous ne pourrons plus, un jour, assumer ! Enfin, nouvelle inquiétude, c’est la disparition accélérée d’espaces agricoles. Pour notre président de la République, toujours amateur de déclarations spectaculaires, « (…)les terres agricoles, c’est l’équivalent d’un département qui disparaît par an, c’est une catastrophe ». Sans frein à cette évolution, notre pays deviendrait importateur de produits alimentaires vers 2050 ! Mais on peut enrayer ces mouvements, qui concernent nos villes et nos campagnes, avec des politiques urbaines intelligentes et volontaires.

A Saint-Egrève, nous pouvons, dans le cadre de la révision du PLU, travailler dans ce sens ! D’abord par une offre accrue de logements de qualité, en développant l’habitat collectif plutôt que la maison individuelle dans les opérations concernant la zone de part et d’autre de l’axe du tram mais aussi d’autres quartiers de la commune. Ensuite par un réel effort pour augmenter le nombre de logements sociaux, en nombre insuffisant aujourd’hui. Enfin, par le souci de préserver et d’améliorer encore la qualité d’un environnement qui constitue un véritable atout de notre commune.

La commune de Saint-Egrève sera, dans la décennie prochaine, plus « urbaine ». Cette perspective peut inquiéter certains habitants d’où la nécessité, pour la municipalité, de consulter, d’écouter, d’expliquer. Les exemples ne manquent pas, en Europe, de villes qui ont su conjuguer avec succès, densité urbaine, espaces verts, respect de la biodiversité et une réelle qualité de vie. Participons aux réunions de concertation sur le PLU !

Vos élus du groupe Ecologie, Solidarité et Démocratie, Mathilde Dubesset et Jean-Pierre Moy