Mois de septembre 2010
mercredi 20 octobre 2010

Des changements du côté de la politique enfance-jeunesse

La municipalité a mis en place une nouvelle organisation des activités proposées aux jeunes de Saint-Egrève, résultat d’un long processus entériné par le vote des nouvelles conventions signées avec l’Association familiale (AF) et la MJC, au Conseil municipal du 30 juin, Rappelons que, pour nous, l’enjeu de ces activités extra-scolaires est essentiel : l’éducation à la vie collective, l’ouverture à d’autres centres d’intérêt que les disciplines scolaires participent à la construction de la personnalité des jeunes.

La principale nouveauté est la répartition des jeunes par niveau d’âge : les moins de 12 ans accueillis par l’AF tandis que la MJC s’occupera désormais des plus de 12 ans, tâche moins facile. Ce partage présenté comme une rationalisation de l’offre d’activités de loisirs pour les jeunes a suscité des interrogations, des craintes sur cette « coupure », car les animateurs de la MJC avaient l’habitude de suivre les jeunes. On peut aussi considérer que grandir, c’est franchir des étapes.

La politique enfance-jeunesse est un domaine où beaucoup de communes ont des difficultés. Les MJC, fortement marquées par une culture de l’Education populaire qui a fait ses preuves, font face aux mutations de la société : recul du lien social, adolescents confrontés aux mirages de la consommation alors qu’ils ont souvent des ressources limitées, surtout dans le contexte actuel de crise.

A Saint-Egrève, la MJC n’a pas échappé à ces difficultés auxquelles se sont ajoutés des problèmes de fonctionnement interne. D’où la demande faite par la municipalité (son premier financeur), de revoir son fonctionnement et son projet. Nous comprenons la nécessité d’adopter une démarche volontariste, mais nous sommes plus réservés sur la méthode adoptée.

Le recours à des cabinets de conseil permet un regard extérieur, mais on peut s’interroger sur la manière dont a été conduit l’audit à la MJC. Nous aurions souhaité entendre le point de vue des responsables de la MJC et de l’AF, dans le cadre des commissions municipales, mais cela ne s’est pas fait. Les contacts pris avec les uns et les autres ont permis de constater que le deux structures n’ont guère eu de marges de négociation.

Il faut souhaiter que ces changements, parfois mal vécus par des personnes engagées depuis des années auprès des jeunes de la commune, aient des effets positifs en terme d’offre pour la jeunesse, ce qui était l’objectif visé. Si le partage des ressources semble équilibré entre l’AF et la MJC, l’enveloppe globale de la politique enfance-jeunesse (incluant les activités de l’ex « Vibrez Sport ») risque en revanche d’être insuffisante. C’est la raison de notre abstention lors du vote sur les conventions du 30 juin.

A tous les Saint Egrèvois, nous souhaitons une bonne rentrée !

Vos élus du groupe Ecologie, Solidarité et Démocratie, Mathilde Dubesset et Jean-Pierre Moy