Démantèlement du camp de Saint-Martin Le Vinoux : la suite..
mardi 4 décembre 2012

Le camp de roms de St Martin le Vinoux : suite !

3 décembre 2012

Après quelques jours, nous avons des nouvelles convergentes par différents canaux (association APARDAP, RESF, un élu EELV de St Martin d’Hères).

Une cinquantaine de personnes ont été assignées à résidence à Fontaine jusqu’à fin mars (fin du dispositif hivernal), dans huit Algecos, et doivent aller pointer tous les matins à l’hotel de police.

Algecos sans cloisons intérieures pour 8-12 personnes, donc aucune intimité élémentaire possible. Difficile d’accrocher des tentures qu’ils n’ont pas pu emporter. Tous se couchent habillés, par respect pour les autres. Il faudrait au minimum des paravents.

Seul mobilier constaté :
- lits de camp (en alu et toile), et dans certains algécos il n’y a pas un lit par personne.

- Pas d’eau dans les bungalows. Pour se laver ils se retrouvent dans une situation pire que dans le camp puisqu’ils n’ont plus leurs bassines affectées au linge, à la cuisine et aux petites toilettes (mains, débarbouillage des enfants....)

Equipement collectif pour 56 personnes Un algéco dédié à la cuisine :
- 2 plaques de cuisson électriques
- une table pour 6
- moins d’une dizaine de chaises
- un évier
- un micro onde

2 WC chimiques pour tout ce monde.

Un chauffage correct, infiniment préférable aux poêles de fortune avec le risque d’intoxication et d’incendie.

Il est vrai que la protection contre les rigueurs de l’hiver est meilleure, mais que dire de tout le reste : un dénuement encore plus grand car ils n’ont pu emporter que leurs biens transportables, plus de vie privée, toute l’organisation sociale en place pour survivre dans les conditions du camp détruite, des difficultés supplémentaires pour les enfants qui étaient scolarisés à St Martin le Vinoux …. Un transport scolaire devrait être mis en place, mais les enfants sont gênés d’aller à l’école dans l’état où ils se trouvent. Ils ne peuvent pas se laver sur le camp. Il n’a pas été prévu de douches.

Pourtant, nous avions tous été étonnés de voir que malgré des conditions matérielles très dures dans les baraques du camp de St Martin le Vinoux, tous étaient bien habillés, les enfants propres et bien vivants.

Est-ce ainsi que l’Etat espère résoudre le problème ? 8000 roms ont été déplacés à la suite des interventions policières depuis le début de l’année en France d’après un rapport d’Amnesty International. Ces méthodes vont à coup sûr les pousser encore plus vers la clandestinité et les trafics ou la prostitution quand ils reviendront (beaucoup ont déjà fait plusieurs fois l’aller-retour !)