Mois d’octobre 2009
vendredi 2 octobre 2009

Déplacements : une rentrée à haut risque...

Une grande satisfaction !

Le 8 juillet 2009, un vœu a été voté par 29 des 33 conseillers municipaux de Saint-Egrève et transmis au préfet de région qui doit formuler un avis sur le projet de rocade Nord. On y lit : " Le conseil municipal de Saint-Egrève tient à vous faire part de son refus de voir se réaliser ce projet car il estime qu’il n’est pas d’intérêt général en ne respectant pas les exigences législatives et règlementaires. De plus il ne répond pas aux enjeux qui se posent en matière de déplacement dans l’agglomération, il retarde les investissements prévus dans les transports en commun".

Nous ne pouvons que nous réjouir de la position réfléchie et claire de notre municipalité. Au delà des risques techniques et financiers, de l’inefficacité démontrée de la rocade nord en matière de fluidification du trafic (voir l’étude de l’agence d’urbanisme), la réalisation de ce projet, au coût exorbitant, impacterait très fortement l’entrée Nord de l’agglomération où nous vivons : bruit, pollution, bouchons.

Mais aussi une inquiétude !

Lors des élections cantonales de 2004, le Conseil général nous avait annoncé le tram Ysis (Grenoble Moirans) pour 2008. Au lendemain de ces élections, on ne parlait plus d’Ysis !

Pendant la campagne électorale des municipales de mars 2008, le président du SMTC prévoyait le tram E pour 2012. Au lendemain de ces élections, la ligne E était reportée à 2014.

S’appuyant sur les retards subis par le développement des lignes de tram, le tribunal administratif a annulé le 7 juillet 2009, par un jugement sur le fond, le Plan de Déplacement Urbain (voir sur notre site les jugements du TA et nos commentaires).

Alors que, réglementairement, l’annulation du PDU n’interdit en rien la construction d’une ligne de tramway, le président du SMTC annonçait alors, unilatéralement, le gel des lignes de tramway. Dans une déclaration récente, on a pu voir un changement de ton avec l’annonce de la relance des projets de tram. Ces atermoiements doivent nous inciter à demeurer vigilants !

Des lignes de tram plutôt qu’une rocade !

La crise qui touche durement bon nombre de nos concitoyens n’est pas, pour les écologistes, une épidémie saisonnière. Seule une mutation profonde de notre développement permettra d’éviter le pire. A quelques semaines du sommet de Copenhague, le débat « Rocade ou Tram », est emblématique. Il nous oppose à ceux qui gèrent « comme il y a trente ans » et qui n’ont pas compris que la crise s’approfondira tant que notre développement se fera à coup de gaspillages, d’injustices sociales et de destructions de l’environnement

Vos élus du groupe Ecologie, Solidarité et Démocratie, Mathilde Dubesset et Jean-Pierre Moy